• L'ultracrépidarianisme, ou de quoi y semelle ?

     

    Si elle n'avait pas causé plusieurs centaines de milliers de morts, je me serais réjoui de la pandémie actuelle. Elle m'a en effet permis de découvrir un mot, et d'approfondir la notion qu'elle désigne.

    L'ultracrépidarianisme, du latin crepida, la sandale, et du préfixe ultra, très joli également, est cette attitude consistant à donner, voire à imposer, son avis sur un sujet en lequel on n’a aucune compétence particulière.

    La virologie, l’épidémiologie, les statistiques, les probabilités, sont des disciplines demandant une solide formation. De plus, les probabilités ont pour caractéristique d’être très souvent contre-intuitives : ayant reçu les rudiments de formation scolaire réglementaires dans cette discipline, je n’en suis que plus hilare quand j’entends les opinions solidement ancrées de personnes qui en savent moins en matière de probabilités que moi en tricot (j’avoue, c’est un de mes échecs). Des opinions ancrées dans quoi ? Par amour de la prétérition, je n’évoquerai même pas l’imbécillité. Je me contenterai de parler de l’effet Dunning-Kruger. Caisse ? Il s’agit de la tendance qu’ont les gens les moins qualifiés à surestimer leurs compétences. Dit comme ça, ça semble complémentaire de l‘ultracrépidarianisme. Et c’est sous ce nom que les psychologues étudient la chose. Et leurs études me permettent d’avoir une vision optimiste et dépourvue de toute condescendance de tous ces gens qui émettent avec tant d’enthousiasme, d’assurance, de fermeté, des imbécillités (zut, j’avais dit que je n’emploierais pas le mot !) qui les dépassent de très haut. Vision optimiste, parce qu’il suffit d’acquérir les compétences dans le domaine considéré pour que se réduise à peu l’écart entre le niveau objectif de ses compétences et l’estimation qu’on en a. « Il suffit » : ces mots devraient les motiver !

     Une fois que j’ai écrit cela, ma légendaire honnêteté intellectuelle me conduit implacablement à me consacrer sérieusement à l’étude de l’ultracrépidarianisme et de l’effet Dunning-Kruger (deux sujets sur lesquels je surestime manifestement mon niveau de compétence). 


    J'allais oublier l'étude du tricot... Bon, d'abord, la théorie.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :